Un Poète au Congo

29 septembre 2017

Repose-toi cette nuit, Kinshasa ma belle.

Repose-toi ville épuisée de remous sans fin.

Etends ton lit pour oublier le calvaire des jours sans nombre quotidiens.

Que la nuit des silences soit longue pour assoupir le fardeau du théâtre noir des taximen et du paradis des égarés.

Pose, ne fut-cette nuit, les malettes des mains tendues des carrefours à terre.

Ravive les bons souvenirs de ton enfance pour minimiser le sourire en uniforme des boulevards.

Repose-toi ville-mère!

Vous, vents doux de cette nuit étoilée, qui traversez les fenêtres des maisons et des humains,

emportez cette ville usée d'espérance dans les tendresses et les caresses du pays des merveilles quand vous soufflez à vos heures des soirs.

Retournez lui la jeunesse de l'audace des nouvelles espérances.

Donnez lui de toujours croire que Mohamed Ali a eu raison de l'aimer avant de détester Foreman.

Dites à ses passions perdues de réveiller son génie légendaire pour que la flamme jaune, les grandes eaux vertes des territoires immenses, les étoiles jaunes et les couleurs des martyrs flottent à nouveau et immortalisent les instants des bonheurs patriotiques.

Repose-toi cette nuit, Kinshasa ma belle.

Kinshasa-rdc-750x499

Posté par Luc Mubay à 09:32 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,